Les nouveautés du Daviaud 

Des rénovations dans le respect des savoir-faire anciens !

  • La Bourrine à Thoïa restaurée pour un plongeon dans les années 50 !

La restauration de la bourrine était essentielle. Les travaux ont débuté par le repiquage de la toiture avec du Scirpe maritime. Cette étape, soutenue par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC), a permis de mettre en œuvre et de valoriser des gestes et savoir-faire spécifiques, appartenant à notre patrimoine culturel immatériel. Cette rénovation est l’occasion de se plonger dans le quotidien des maraîchins, de comprendre leurs habitudes et d’y découvrir nos dernières acquisitions provenant de plusieurs dons de familles locales.

  • La salorge et sa nouvelle exposition sur l’histoire du sel

La salorge, toujours en activité, a été rénové dans le respect des matériaux et savoirs-faire collectés dans le marais. Une nouvelle exposition sur la fabrication du sel y est proposée depuis la mi-août ! La restauration de la salorge permet de conserver un exemplaire de ce petit patrimoine rural : c’est l’un des derniers « toit de Typha » du marais Breton et de la façade atlantique. Cette technique ancienne avec ces roseaux plus grossiers et sensibles au façonnage, a disparu. Un entretien courant est essentiel. Les piliers sont en chêne et le bardage en planche de Pin maritime. Autrefois, une peinture au goudron était appliquée sur les planches pour la protection du bois. La charpente est en perches de châtaignier. L’intérieur de la salorge : originellement dédié au stockage du sel, il a totalement été repensé pour expliquer l’histoire du sel. Différents sujets sont abordés à travers l’exposition retraçant l’évolution de la culture du sel depuis le Moyen-âge sur le territoire du marais breton :

Le travail du saunier est également mis en avant par la présentation de ses outils de travail tels que l’essaisse ou la brouette en bois. Suivront les saujùn, le servollùn et la simùnch… Le marais salant du Daviaud est le seul encore en exploitation dans
le Marais breton, par le saunier Corentin Barbier.

Pin It on Pinterest

Share This
Accessibilité
X