Navigate the complexities of the crypto world with confidence using the Trezor app, your reliable companion for secure and efficient asset management.

Au-delà d’être un site de visite reconnu, l’écomusée du Daviaud à La Barre-de-Monts est également un lieu de préservation du patrimoine et de transmission des gestes anciens.

Zoom sur les travaux de restauration de l’habitat traditionnel du marais : la bourrine.

Le site du Daviaud conserve 12 bâtiments typiques de l’architecture en marais breton, tous témoins d’un mode de vie, d’une situation géographique, d’un usage ou d’une époque. Il conserve surtout 8 bâtiments à toiture végétale, de trois techniques différentes en fonction du roseau utilisé, ce qui lui confère un statut unique en France : toiture de phragmites, de typha et de scirpe maritime.

Après avoir restauré la toiture en typha de la salorge en 2020 grâce notamment au programme de sauvegarde financé par la Direction régionale des affaires culturelles des Pays de la Loire, l’Écomusée se lance dans un second programme de restauration sur la toiture de la maison bourrine dite « à Thoïa ». Seule maison bourrine « in situ » sur le site du Daviaud, sa couverture est réalisée en scirpe maritime localement appelé « rouche » ou « subaù » en patois. Les végétaux, posés et montés sans accroche, sont maintenus par des « garlattes », perches de bois transverses posées en 4 à 5 rangées sur chaque pan. Cet élément unique du patrimoine régional se dégrade fortement, ce qui met en jeu la pérennité de la bourrine. Dès 2021, une première phase de restauration a permis de mettre hors d’eau les parties communes de la maison bourrine, soit les 3/5 de la toiture.

Transmettre les gestes traditionnels

La Communauté de Communes Océan–Marais de Monts, s’engage pleinement dans la préservation de son patrimoine bâti et de ses techniques souvent transmises oralement.

Cela passe par le recrutement d’un agent technique qui est formé à la réalisation et l’entretien de toiture et qui transmet des savoir-faire entre les « sachants » actuellement sortis de toute activité professionnelle et les équipes du Daviaud qui entretiennent ce patrimoine.

Elle envisage aussi à moyen terme la création d’un module de formation qualifiante sur le thème des toitures végétales. Les objectifs de ce programme de restauration sont multiples : nombreux échanges avec les personnes détentrices du savoir-faire et diffusion de ces collectages sur une base de données accessible à tous, médiation continue sur le site du Daviaud auprès des visiteurs, formation du personnel…

La collectivité a également créé un partenariat avec l’association d’économie solidaire ESNOV pour la formation de personnes en situation d’insertion. Actuellement deux personnes sont en cours de formation à la technique de toiture végétale en scirpe maritime.

 

 

Accessibilité

Pin It on Pinterest

Share This